09. De retour en Moravie

 


1. Olomouc
2. Retour à Brno

1. Olomouc


Arrivée à Olomouc

La Silésie, au nord-est de la République tchèque, est une région industrielle assez pauvre. Sur la route, je trouve les gens beaucoup plus froids qu’en Pologne. Lorsque je demande à un petit vieux dans son jardin s’il peut remplir ma bouteille d’eau, il me dévisage sans dire un mot, prend ma bouteille, pars, puis revient une minute plus tard avec de l’eau et du sirop de grenadine ! C’est gentil mais j’ai du mal à le faire sourire !
J’ai déjà parcouru 100 bornes ce matin et pourtant je me sens en pleine forme. Il est seulement midi, alors, dans un élan d’optimisme je décide de contourner Ostrava et continuer jusqu’à Olomouc à 90 kilomètres d’ici.

La route entre Ostrava et Olomouc est beaucoup plus vallonnée que je ne pensais. Les montées s’enchainent et n’en finissent plus. J’ai l’impression que je n’y arriverai jamais. Après 170 kilomètres, épuisé, je m’arrête dans la forêt. Je ne sens plus mes jambes. J’ouvre mon sac avec mes mains tremblantes, je m’assois, je mange… j’ai froid alors je repars avant la nuit. Cinq minutes plus tard, j’aperçois enfin Olomouc du haut des collines. Le coucher de soleil sur la plaine est magnifique. Cette fois je touche au but ! Comme une machine, je pédale jusqu’en ville.

En cuisine !

Arrivé à Olomouc, un jeune m’interpelle dans la rue. Il me raconte tout souriant qu’il a aussi voyagé à vélo et m’invite à venir passer la soirée chez lui mais j’ai déjà prévu de passer la nuit chez Ingrid et Mira, un couple que j’ai contacté via Couchsurfing. Je rejoins Ingrid à la terrasse d’un café dans un parc. L’endroit est agréable et j’apprécie ces quelques bières avec Ingrid et ses amies. Vraiment, je ne comprends pas comment d’où vient mon énergie mais je me sens en pleine forme malgré les 194 kilomètres aujourd’hui. Je n’ai jamais fait un truc pareil. Hier à midi j’étais encore à Cracovie, et aujourd’hui : Olomouc ! Vivre dehors, être en contact avec la nature, c’est là que je puise mon énergie. Chaque jour je me sens déborder d’envie de vivre 🙂

Olomouc

Olomouc est d’ailleurs une de mes villes préférées en République Tchèque. Le centre ville est rénové et très coloré comme souvent en Tchéquie. De plus, c’est une ville étudiante, il y a beaucoup de jeunes dans les rues et je sens que la ville est très dynamique culturellement. Ingrid me fait découvrir quelques spécialités régionales. Je connais déjà Olomoucké tvarůžky : un délicieux fromage d’Olomouc qui ressemble étrangement au metton utilisé en Franche-Comté pour la fabrication de la cancoillotte. Pendant deux jours nous cuisinons bio, mangeons aux bougies, parlons de yoga, de méditation, de musique, de voyage et de comment vivre ses rêves…

2. Retour à Brno


Pourquoi suis-je parti ?
S’il y a une réponse à cette question, elle réside probablement dans ma conviction que chacun est en mesure de réaliser ses rêves s’il le veut vraiment. Je pense même que c’est seulement lorsque nous nous donnons les moyens de vivre nos rêves que nous prenons véritablement conscience de la réalité de notre vie et des millions de routes qui s’offrent à nous. «It is only when you take control of your life that you know you are alive» écrivait Ma Jian lors de son voyage à pied à travers la Chine communiste.

J’ai rencontré Tina à Brno il y a deux mois j’ai senti en elle cette même conviction, cette force et cette envie de réaliser ses rêves. Elle est de ces personnes avec qui je sens que tout est possible. Nous partageons le même amour du voyage et des rencontres alors nous avons décidé de voyager ensemble.

Entre Olomouc et Brno

Olomouc est à moins de 100 kilomètres de Brno, soit un seul jour de vélo en passant par des petites routes. Rouler en Moravie à cette saison est plaisant, il fait beau et j’ai aperçu mes premières cerises cette année ! Sur la route, j’apprends quelques rudiments de tchèque. Cette langue ne ressemble à rien de ce que je connais. Tous les noms, les adjectifs et les articles se déclinent suivant des modèles qui paraissent ne suivre aucune logique. Dans la campagne, au lieu de chanter, j’essaie de prononcer à voix haute : « zmrzlina » , « nejchytřejší » , « čtvrtek »

Le temps des cerises

Je reste quelques semaines à Brno, hébergé chez Tina dans un appart en compagnie de cinq autres filles. Une des filles est une catholique convaincue et il a fallu la persuader que ma présence en ces murs ne seraient pas nuisible. De mon côté, je fais mon possible pour me faire accepter en cuisinant des gâteaux et même une blanquette de veau ! Je profite de Brno pour me reposer et réfléchir à la suite de mon voyage. J’ai réussi à convaincre Tina que le voyage aventureux en vélo lui plaira, mais pour être honnête, je n’en sais rien. Je sais qu’il y a des jours où les galères s’enchainent et les nerfs sont mis à rude épreuve. Même si une certaine résistance physique est nécessaire, voyager en vélo est avant tout une question de façon de penser et de caractère, savoir tirer le positif de chaque situation, ne pas avoir pitié de soi, ne jamais remettre en question le voyage. Même si je clame souvent que voyager en vélo est à la portée de tout le monde, je sais que ma façon de voyager ne convient pas à tout le monde, loin de là. De plus, voyager à deux implique de s’entendre parfaitement, de faire parfois des compromis et également de savoir prendre sur soi.

Tina n’a pas de vélo adapté au voyage mais elle a un VTT avec un cadre acier. Un petit coup de brosse pour enlever les toiles d’araignées puis un démontage total, nettoyage, graissage, remontage… Avec une centaine d’euros, le vélo devrait tenir le choc pour voyager à travers l’Europe. Quant à nous je ne sais pas, il faut essayer… Everything is possible ? 😉

<< article précédent article suivant >>
 Posted by at 7:20 pm

 Leave a Reply

(*)

(*)