44. France : Un nouveau départ

 

Trajet 2015 -> Ligne rouge

1. Avant le départ
2. Un départ sous le soleil
3. Le canal Rhin-Rhône

1. Avant le départ


Vous vous rappelez de Justine, cette charmante demoiselle avec qui j’avais acheté un âne pour aller marcher dans les montagnes du Tian-Shan Kirghize? L’article que je n’ai jamais pris le temps d’écrire… 😉
Eh bien, après une petite balade en France pendant l’été 2014, nous avons choisi de reprendre la route en 2015, non pas avec un âne cette fois, mais avec des vélos couchés (ici un petit article pour en savoir plus sur notre choix de vélos). J’ai donc troqué mon vélo droit avec lequel j’avais roulé quelques 19,000 kms contre un vélo couché tandis que Justine a décidé de tenter l’expérience en trike, un vélo couché à trois roues. Nos deux vélos sont fabriqués à la main dans une petite ville de l’est de la Moravie, à une centaine de kilomètres de Brno.

2 minutes avant le départ, chargés et un peu trop propres !

Nous ne sommes pas vraiment des planificateurs hors-pair. Tandis que d’autres voyageurs testent leurs vélos un ou deux ans avant le début de leur voyage, nous n’avions toujours pas les nôtres un mois avant notre départ. C’est donc dans la frénésie que nous avons passé nos dernières semaines en France, réfléchissant à notre équipement, de la rustine jusqu’au nombre de paires de chaussettes à emporter. Nous n’avons pas pris le temps de regarder en détail l’itinéraire que nous aimerions suivre, à vrai dire, trop de pays nous intéressent alors nous aviserons sur la route. Nous partons vers l’est, vers des contrées que nous aimons et d’autres qui nous font rêver.

2. Un départ sous le soleil


Si partir découvrir le monde à vélo peut paraitre farfelu au non initié, après quelques mois sur les routes, on se rend compte qu’il y a des centaines de cyclo-voyageurs qui sillonnent le monde. Nous ne voulons pas battre de record, nous voulons juste vivre, apprendre, respirer…

Notre départ s’est fait dans la plus grande simplicité. C’est aussi notre premier test des vélos chargés! Bonne nouvelle : on se sent bien, même si je manque de tomber à chaque fois que je tourne la tête lorsque je roule doucement.

Nous connaissons bien les paysages vallonés que nous traversons. Partir de chez soi a une saveur particulière. Le voyage débute tout en douceur, les paysages évoluent lentement, les traditions changent jusqu’au jour où l’on se sent finalement loin… cette lenteur est un luxe que j’ai appris à savourer. Apparemment Justine l’apprécie aussi, dans les montées, à 2km/h, elle s’émerveille de découvrir des petites souris en bord de route!

Les vaches de Haute-Saône vers la Neuvelle-les-Lure

Mon premier constat est que nos étranges vélos ne laissent pas indifférent. Dans les villages, les enfants s’exclament “Ouah! Trop bien!”, “C’est comme le méchant dans le dessin animé” et une petite fille dans les rues de Belfort écarquille les yeux avant de me lancer “Ouah! Trop de la chance! Trop de la chance!”. Le trike intrigue même les chiens!
Nota bene pour ces gens qui s’exclament que c’est un vélo pour faire la sieste, ne vous fiez pas aux apparences, c’est aussi un vélo pour lire, boire une bière… mais ce n’est pas de tout repos non plus 😉

Dure journée sur le trike

A Belfort nous retrouvons quelques jours la famille de Justine et ma maman. Nous en profitons pour revoir des amis fraichement revenus d’un voyage en vélo en Asie du Sud-Est et en partance pour l’Asie Centrale où ils emprunteront la fameuse Pamir Highway. Une aventure à suivre sur yeuxdenfants.com.

3. Le canal Rhin-Rhône


A peine avons nous quitté Belfort que nous retrouvons Jessica et Andy, deux amis qui préparent un tour du monde en vélo (on vous reparlera d’eux quand ils seront sur la route eux aussi). Ils nous alourdissent d’une délicieuse bouteille de vin du Jura, exactement ce qu’il nous manquait pour notre première nuit de camping! Nous repartons sous une pluie battante qui cessera une heure plus tard. Nous roulons le long du canal dans la lumière déclinante, respirant à plein poumons l’odeur de la forêt après la pluie. De temps en temps un héron trouble le silence et s’envole dans un grand flappement d’ailes. Nous sommes heureux de trouver une atmosphère aussi sereine à deux pas de chez nous.

C'est le panard !

A l’aube, les oiseaux chantent à tue-tête autour de notre tente. Quel plaisir de dormir à nouveau dans la nature! Il nous suffit d’ouvrir une porte de la tente pour contempler la brume sur le canal et sentir la fraicheur matinale.

à l'aube le long du canal

C’est avec un certain plaisir que nous suivons ce chemin qui relie Belfort à Bâle et que nous conaissons déjà. Eb effet, je l’ai suivi en 2011 lors de mon premier voyage en vélo et l’été dernier dans l’autre sens avec Justine. Après 70 kilomètres, nous sommes accueilli chez Ioana avec qui nous passons une agréable dernière soirée en France.

45. Suisse >>

Galerie

 Posted by at 3:29 am

  5 Responses to “44. France : Un nouveau départ”

  1. Houlàlà, il ne faut surtout pas que je suive votre blog…
    Amusez vous bien et bon vent !!!

  2. Hello les amis,

    Quel plaisir de vous voir apprécier votre voyage.

    On espère que vous allez continuer jusqu’au bout comme ça, et avec un peu de chance, on fera un bout de la route ensemble, à s’échanger les vélos droits et couchés!!! ^^ ça rappelera des souvenirs à JP.

    Tout de bon (comme ils disent ici en Suisse)!

    Andy et Jess

  3. Coucou vous deux

    Je suis ravie que tt de passe bien

    Faite nous rêver …

    A bientôt ici ou ailleurs

    Bisous

  4. Hey super ces premières impressions !
    Gros bisous 😀

  5. L’impression de vous avoir dit au revoir y’a de ça vraiment très peu de temps et voila déjà que je me rends compte que vous approchez de la frontière tchèque…
    Ravie pour vous de constater que votre périple démarre en beauté 😀

 Leave a Reply

(*)

(*)